Le FN peut-il sauver la France ?

Le deuxième tour des présidentielles approche et il pourrait être dangereux de partir du principe que le FN ne pourrait pas l’emporter, tout comme il a été naïf de penser que le Brexit ou l’élection de Trump n’était pas possible.

Parmi les partisans du vote FN, l’inquiétude de perdre leur « identité nationale » semble être au centre des arguments et de leurs motivations, c’est donc pour cette raison que j’aimerais revenir la dessus.

J’ai pu lire encore récemment l’inquiétude que le « grand » flux des immigrés qui arrivent en France génère, ainsi qu’ une nouvelle critique concernant le discours de Macron affirmant que le « terrorisme n’a rien avoir avec l’islam », ou encore une certitude que l’élection de Macron permettra « de maintenir le financement des mosquées wahhabites par l’Arabie saoudite et le Qatar », mais surtout qu’elle ne permettra pas de résoudre le problème « majeur » des immigrés qui changent petit à petit l’image du pays.

Le risque d’une guerre civile ?

J’ai lu « le danger de voter Macron, lui qui incarne les intérêts du libéralisme économique et qui met les intérêts du marché en avant, devant toutes les valeurs et toute identité« , allant jusqu’à un avertissement sur la possibilité d’une guerre civile si jamais Macron passe au deuxième tour.

Ces arguments m’interpellent… Est-il donc possible de penser qu’une élection de Marine Le Pen puisse rassembler les Français et qu’elle ne débouchera pas elle-même sur une guerre civile ?
Certes la politique pro-libéral de Macron crée de fortes inquiétudes aussi. Même si, à mon sens, les gens profitent bien plus du libéralisme qu’ils ne le pensent, car il facilite le commerce et est donc créateur d’emplois et de pouvoir d’achat, mais ne pas assez se soucier du volet social et de la répartition des richesses génère une certaine amertume qu’il est risqué de sous-estimer car le raz-le-bol peut en effet faire voler en éclat notre démocratie.
(Même si beaucoup argumentent que nous ne sommes déjà pas en démocratie, lorsque l’on prend le temps de discuter avec ceux qui ont vécu sous la dictature, cela permet de relativiser et d’apprécier un peu plus ce que nous avons, je trouve… Ceci-dit, cela n’empêche pas le fait que notre système démocratique mériterait d’être davantage développé. 😉 )

Macron devra faire face à la conscience politique que Valls a réveillé chez beaucoup en imposant la loi El Khomri à l’aide du 49.3. Cela ne va pas être évident : l’opposition a de forte chance d’être présente aux législatives comme dans la rue s’il renonce, comme ses prédécesseurs, au débat et à une meilleure compréhension des répercussions de ces lois pour le quotidien des travailleurs.

Mais parler de « fracture irréversible du peuple » s’il est élu en s’imaginant que la politique du FN peut freiner tout ça, me laisse bouche bée. La politique de Macron générera probablement une forte opposition, mais au moins elle aura la possibilité de s’exprimer.

Marine Le Pen, ne promet pas quant à elle de « remettre la France en ordre » en réarmant les forces de l’ordre ? D’assujettir la justice à l’exécutif pour « mettre fin au diktat des juges » (qui lui permettrait de continuer à ne pas s’y soumettre) et donc de mettre fin au pilier de notre système démocratique qui est la séparation du pouvoir exécutif, législatif et judiciaire, si bien défendue par Locke et Montesquieu ?

Bref, laissera-t-elle une autre possibilité d’exprimer son opposition à sa politique qu’en rentrant dans la clandestinité pour éviter de devenir un prisonnier politique ou un martyr des forces de l’ordre ?

 

La laïcité, c’est quoi ?

Reparlons de notre identité nationale « menacée » par la trop grande présence d’étrangers. Est-il encore possible de s’imaginer que tous les Français ont la même vision de ce à quoi se résume « l’identité de la France » et de « ses valeurs » ?

Le FN ne cherche-t-il pas pour commencer à changer la définition du terme laïcité, qui est une des valeurs nous distinguant de la plupart des pays dans le monde et qui fait donc partie de notre identité ?

La laïcité ne signifie-t-elle pas la distinction du pouvoir religieux et du pouvoir politique ? Ne cherche-t-elle pas à imposer la crèche de Noël, qui est un symbole religieux chrétien dans les mairies ou écoles, ainsi qu’à l’inscrire dans la constitution pour « protéger notre patrimoine »?
Le FN et partis associés sont-il au courant que plusieurs sondages estiment que 40 % des Français se considèrent comme athées, et que la part de Français ne s’identifiant à aucune religion s’établit entre 60 et 70 % contre seulement 4,5% de Français catholiques pratiquants ?

Que Pâques pour de très nombreux Français est davantage associé aux œufs au chocolat qu’à une signification religieuse que beaucoup en réalité ignorent ?

La religion chrétienne fait certes partie de notre héritage historique, tout comme le passé coloniale de la France. Qu’il nous plaise ou non, il nous faut bien faire avec.

C’est pour cette raison que les cantines françaises servent, depuis plusieurs décennies, du poisson le vendredi pour respecter les mœurs chrétiennes, tout comme elles proposent des plats alternatifs sans porc pour respecter les mœurs juives et musulmanes.
Pour cette raison aussi qu’elles servent depuis tout aussi longtemps, du couscous comme de la choucroute.

 

Le mélange des cultures : une histoire française ?

En colonisant les autres pays, la France ne s’est-elle pas nécessairement rendue aussi perméable aux autres cultures. L’immigration en France n’est-elle pas le reflet de cette histoire…?

Macron affirme que le « terrorisme n’a rien avoir avec l’islam » : les musulmans dans le monde sont estimés à 1,6 milliard. Une poignée de terroristes qui utilisent l’Islam pour justifier leur amertume peut-il être représentatif de ces 1.6 milliard de personnes ? Les Indonésiens, qui forment le plus grand pays musulmans du monde par sa population, sont-ils tous des terroristes ?

Les Français qui pètent les plombs sans pour autant utiliser la religion comme excuse, mais qui foncent dans le tas comme le camionneur de Nantes en 2014 ou qui fusillent tout ce qui bouge comme récemment ce lycéen de 17 ans dans le sud-est, devraient-ils, en utilisant la même logique, être considérés comme représentatifs des 67 millions de Français ?

Par ailleurs as-t-on oublié que le terrorisme a longtemps été davantage associé aux indépendantistes qu’à une religion ? As-ton oublié les crimes perpétrés par l’ETA ou l’IRA ?

Mais revenons au problème « majeur » des immigrés qui changent petit à petit l’image du pays.

La crainte de l’étranger n’est telle pas une crainte récurrente qui traverse toutes les époques ? As-on oublié celle que les Italiens ont suscité en France lorsqu’ils fuyaient massivement le fascisme ou la pauvreté ?

N’étaient-ils pas appelé péjorativement les « Ritals » ou « Macaronis »?
Voici d’ailleurs une chanson, qui rappelle l’accueil réservé à l’époque :

En tant qu’étranger, s’intégrer à la société du pays d’accueil signifie-il de nier ses racines et ses différences, c’est-à-dire son originalité ?

Lorsque l’on intègre des oignons à une omelette, s’attend-on à ce que l’oignon perde sa saveur pour prendre le goût de l’œuf, ou plutôt à ce qu’il relève le plat pour le rendre plus intéressant ?

S’intégrer, ne signifie-t-il pas se mixer tout en gardant son identité ? Les partisans du Front National, ne peuvent-ils pas se mixer avec la population immigrée sans perdre leur identité ? Leur propre identité est-elle à ce point fragile ?

N’est-ce pas lorsque nous cherchons à comprendre les cultures étrangères, lorsqu’elles nous offrent l’opportunité de remettre en question nos habitudes que nous pouvons nous questionner plus attentivement sur la pertinence de certaines de nos idées reçues, et finir ainsi par développer celles qui nous correspondent davantage ?

 

Voulons-nous vraiment figer la France ?

Oui, le visage de la France change car la société française change. Elle n’est pas celles d’il y a 40 ans, et n’est pas non plus celle qu’elle sera dans 40 ans. En effet rien dans ce monde ne reste figé, même lorsque l’on cherche à s’y accrocher…

Et heureusement d’ailleurs, car il y a 40 ans, le viol n’était considéré que comme un simple « délit ». Il est dorénavant considéré comme un crime, la plupart du temps, mais il est loin d’être pleinement reconnu en toute circonstance comme il semble l’être en Suède. La société française a donc encore besoin de changer et d’évoluer.

Cet aparté, nous amène d’ailleurs à creuser le droits des femmes que certains prétendent défendre en souhaitant imposer aux femmes l’obligation de se découvrir, préférant « dénoncer la maltraitance » des femmes musulmanes plutôt que de regarder en face celles faites à l’ensemble des femmes de notre société.

Qu’une femme souhaite se couvrir ou de se découvrir, libre à elle. Qu’elle soit respectée dans ses choix et son affirmation d’elle-même. Que quelqu’un d’autre choisisse à sa place de la couvrir ou de la découvrir, que ce soit un mari, un politicien qui cherche à s’y substituer ou un publicitaire, c’est là que le bât blesse et qu’il révolte à mes yeux.

La pudeur affichée de ceux qui viennent de sociétés plus conservatrices n’est-elle pas, par ailleurs, un contre poids nécessaire face à l’exhibition des sociétés plus « libérées » ?

Respecte-on les femmes lorsqu’on choisit d’exhiber leurs corps en placardant des photos d’elles en lingerie fine dans les rues pour les inciter à en acheter ? Lorsque l’on insinue dans les magasines féminins, que la seule vraie valeur d’une femme est son sex-appeal ?

Où sont les hommes en caleçons ? Ne représentent-ils pas que peut-être une affiche sur cinquante de femmes dénudées ? Où sont les hommes qui dévoilent leurs corps pour le seul plaisir des femmes ? Les sociétés « libérées » qui se prétendent plus respectueuses des femmes ne sont-elles pas que le reflet d’une certaine hypocrisie, au vu du large déséquilibre entre les genres ?

Le visage de la France évolue en effet en fonction de ses apports migratoires, mais l’histoire du monde n’a-t-elle pas prouvé maintes fois que les plus grandes évolutions technologiques et sociales naissent de la rencontre de mondes différents qui permettent de remettre en question nos certitudes et d’ouvrir les yeux sur d’autres possibilités ?

 

Des racines chrétiennes ? Mais qu’est-ce que le christianisme ?

Pour finir, puisque certains continuent à penser que notre héritage chrétien justifie, « au nom de la sauvegarde de notre identité » le rejet de migrants musulmans, je glisse ici une vidéo de celui qui, à l’heure actuelle, représente et rappelle les valeurs catholiques.

J’ai bien des désaccords avec la position du Vatican sur de nombreux sujets, mais je salue ce discours du Pape Francis, qui rappelle que le seul futur qui vaut la peine d’être construit inclut chacun de nous :

Si vous avez aimé l'article, partagez-le ! :)